Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si vous venez pour la première fois sur le blog, je vous invite tout d'abord à faire connaissance ci-dessous...
J'ai eu le coup de foudre pour la Chine comme on a le coup de foudre pour une fille.

C’était en 1998, à la descente de l’avion, à l’occasion d’un premier voyage. A la seconde où mes pieds ont touché le tarmac, toutes mes interrogations liées au bonheur ont trouvé une réponse spontanée : le bonheur, c’est d‘être ici. A cet instant précis, j’ai su qu’un jour, je viendrais y vivre.

En 2003, après une période de maturation nécessaire, le rêve de l’expatriation est devenu une réalité. Vous raconter qui j’étais avant, et ce que je faisais en France, en dehors de l’attente du départ pendant toutes ces années, est sans intérêt. Mon quotidien en Chine, je le rêvais, tout le temps.

Ce qu’il faut que vous sachiez sur moi, c’est que j’étais venu pour ça : je suis venu pour cette atmosphère dans les rues. Je suis venu pour ces couleurs. Je suis venu pour le sourire des humbles. Je suis venu pour les lumières de la nuit. Je suis venu pour l’assourdissant trafic constant. Je suis venu pour cette population de fourmilière, partout, tout le temps. Je suis venu pour ce pays débordant de vie. Je suis venu pour ce pays qui ne s’arrête jamais.

Et après quelques années passées en Chine, comme dans n’importe quelle histoire d’amour, la passion a fait place à l’habitude.
Je suis parti à la recherche de la différence, et je suis resté pour aboutir la compréhension de moi-même, pointé du doigt que je suis par les locaux, avec ma couleur de peau différente ; la couleur de mes yeux, différente ; ma texture de cheveux, différente ; l’expression de mon visage, différente. Je suis resté pour cette culture plurimillénaire, qui perdure. Je suis resté pour cette indigence, tellement présente qu’elle en devient transparente. Je suis resté pour cette richesse due à une explosion économique exponentielle. Je suis resté pour cette cohabitation constante entre une pauvreté quart-mondiste et une modernité high-tech. Je suis resté pour cette ambiance, où la frénésie à faire des gains financiers pharaoniques côtoie des outils ancestraux.

Je vis à Suzhou, dans la province du Jiangsu, à 90 kilomètres de Shanghai, et à 1500 bornes de Pékin. Mon nom chinois, c'est Ke Lin. Depuis l'été 2005, je vis avec Cai Li, que j’ai épousé en septembre 2009. Depuis le printemps 2005, j'ai monté ma société de représentation, Onesource Agency.

- Exotisme au quotidien : relate toutes les anecdotes surprenantes et amusantes liées à la différence culturelle. Rien dans les guides touristiques ne prépare à ces situations quotidiennes étonnantes, à des encablures de ce que l'on peut vivre en Occident.

- Société contemporaine :
 la Chine est en pleine mutation, s'ouvrant sur le monde, jouissant d'une explosion économique unique. Cette rubrique est le témoin de cette évolution vers la modernité, sur un mode explicatif, analytique, mais aussi sympathique... Et souvent exotique.

- Traditions millénaires :
 comment les traditions ont-elles perdurées ? De quelle façon évoluent-elles dans un contexte de modernisation ? Accessible depuis peu, la Chine reste très mystérieuse, et cette rubrique propose d'en explorer les coutumes, recensant par ailleurs quelques carnets de voyages.

- Vidéo :
passionné de cinéma depuis l'enfance, je vous propose quelques courts-métrages, montés en vidéo numérique, dont notamment la série de reportages « en Chine avec l’expat ».

27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 02:28

C’est à en perdre son latin : Vimeo est censuré en Chine. Je n’ai décidément pas de chance avec les plateformes qui hébergent les vidéos du blog de l’expat. En 2006, j’avais posté mon  premier montage sur Dailymotion. Un an plus tard, le site était censuré. Du fait de ma lenteur à finaliser d’autres productions, je n’avais pas cherché de solution avant début 2009. Mais dès le premier épisode de « en Chine avec l’expat », le problème s’est posé. Je n’ai pas cherché bien loin : Youtube permet de publier en HD. Evidemment, quelques semaines plus tard, le site était à son tour inaccessible. Qu’à cela ne tienne, après quelques recherches début 2010, un nouvel hébergeur m’a paru très adapté : Vimeo. Sysiphien, il y a quelques semaines, j’y ai re-re-publié les épisodes de la série. Evidemment, depuis quinze jours, le site est lui aussi bloqué par la censure chinoise.

 

J’avoue avoir songé à jeter l’éponge : tant pis, les films ne seront plus visibles depuis la Chine, et faute d’accès, je ne les publierai qu’une fois l’an, à l’occasion de mon passage en France. Mais j’ai découvert, il y a quelques jours, ExposureRoom. La thématique du site est équivalente à Vimeo : faire la part belle aux créatifs. Et puis, les animateurs indiquent clairement que leur démarche se veut artistique et technique, et aucunement propagandiste : tout contenu à des fins religieuses ou politiques en sera banni. J’y vois une lueur d’espoir : si aucune « subversivité » ne se dégage des films publiés, il y a peut-être une maigre chance que ExposureRoom ne soit jamais bloqué. Maintenant, l’adjectif subversif n’a pas une définition universelle. Alors même si j’ai horreur de me répéter, j’y ai re-re-re-posté les premiers épisodes de « en Chine avec l’expat », que vous pouvez revoir ci-dessous, ou découvrir si vous êtes en Chine. Je vous invite toutefois à visionner les films directement sur ExposureRoom, où vous bénéficierez de la haute définition. Les épisodes y sont par ailleurs téléchargeables librement, et avec un fort bon niveau de qualité.

 

Je récapépète donc :

 

Le premier épisode ci-dessous présente un voyage à Huangshan, au sud de la province de l’Anhui. Huangshan, est un site magnifique de pics effilés comme ceux que l’on retrouve sur les peintures traditionnelles chinoises. C’est un des hauts lieux touristiques chinois depuis 1200 ans, au paysage exotique, et classé patrimoine de l’humanité par l’Unesco.

Le deuxième épisode ci-dessous est une visite guidée de la cité interdite à Pékin, qui a été le palais de 24 empereurs chinois pendant près de 500 ans.

 

Le troisième épisode ci-dessous propose un voyage artistique dans la région du Jiangnan, surnommée « la Chine de l’eau », au sud du Yang-Tsé, à travers un de ces villages traditionnels, Wuzhen, fondé il y a 1200 ans.

Les deux derniers épisodes ci-dessous détaillent les traditions liées au mariage en Chine, ainsi que leurs mutations dans la société contemporaine. Y sont pris pour exemple le mariage du réalisateur, ainsi qu’un mariage plus traditionnel au sein de la campagne chinoise.

 

Pour finir, d’ici la mi-septembre, si tout se passe bien, je posterais deux nouveaux épisodes, deux parties d’un reportage portant sur les quinze jours de célébration du festival du printemps, période qui démarre avec le nouvel an chinois, et qui reste la plus importante du calendrier traditionnel chinois. Le montage est pour ainsi dire terminé, et il me reste à retravailler le son, mais c’est la partie du travail que j’affectionne le moins.

 

Je vous donne donc rendez-vous très prochainement pour la suite de la série… Cette fois-ci avec des nouveautés.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe Pavillon - dans Vidéo.
commenter cet article

commentaires

formation au conseil en orientation scolaire 23/06/2015 14:54

super !

ile maurice 22/10/2010 13:21



Super reportages. 


C'est vraiment sympa les vidéos, ça fait envie. 


Par contre ça doit être très chronophage. Quoi qu'il en soit merci c'est passionant.



Christophe Pavillon 22/10/2010 14:20



Bonjour Ile Maurice,


C'est bien joli comme pseudo. Je connais une petite fille dont "Ile" est le troisième prénom, car c'est à l'Ile Maurice que ses parents l'ont conçu. Sacrément mignon, à l'image de l'enfant en
question.


Je rougis encore de ton commentaire, dont je te remercie. Du fait que je suis papa depuis 18 jours, je n'ai pas encore ne serait-ce que réfléchi au contenu exact du prochain reportage. Mais
j'espère toutefois pouvoir démarrer le montage dans les semaines qui viennent : les rushs ne manquent pas, et la liste d'épisodes est pour ainsi dire arrêtée jusqu'au douzième ou treizième. Il
faut juste que je me décide : lequel sera le prochain, car l'ordre n'est pas défini. Sans certitude absolue, même si cela fait un peu cliché, il s'agira peut-être d'une visite de la Grande
Muraille et de son histoire. Mais j'hésite encore...


Le montage de chaque épisode prend en effet du temps. En occupant copieusement les week-ends, il y en a, en fonction de ma motivation et de mes difficultés techniques (je passe toujours un temps
fou à obtenir un son tout juste acceptable), pour entre deux mois et demi et trois mois par épisode. Les doubles épisodes, comme "le double bonheur" et "le festival du printemps" prennent un peu
moins de temps, le montage s'opérant dans le même temps. Mais l'assiduité nécessaire empêche de passer du temps à exercer d'autres violons d'Ingre, comme l'écriture. J'ai à coeur de terminer
cette série avant d'attaquer autre chose. En l'état actuel des choses, je me suis décidé à la clôre au bout de 24 épisodes. L'objectif, au solde de ces 24 épisodes (ce qui fait tout de même, à
raison de dix minutes par épisode, quatre heures de film à s'infuser), est d'avoir survolé les sites touristiques majeurs de Chine, ainsi que ses aspects culturels et traditionnels les plus
fondamentaux. A la louche, il y a encore... Quatre ans de travail ! Dieu merci, j'ai pour habitude de fonctionner au résultat plutôt qu'au temps passé...


J'espère pouvoir publier un nouveau reportage d'ici les fêtes. Mais je crains que ce ne soit là que le fantasme de mon optimisme coutumier. Dans tous les cas, les lecteurs du blog seront les
premiers informés !


Amicalement. A bientôt.


Christophe.



carmen 08/10/2010 16:00



merci pour vos vidéos , j'aime beaucoup votre blog. 



Christophe Pavillon 10/10/2010 03:15



Bonjour Carmen,


 


Merci de votre commentaire. Heureux de voir que vous appréciez les vidéos. J'espère pouvoir attaquer la prochaine rapidement, mais avec la
naissance de mon fils il y a quelques jours... Cela risque d'être assez compromis pour les semaines qui viennent ! Amicalement. A bientôt.


 


Christophe.



Si Mao Savait... 21/09/2010 11:03



J'adore tes vidéos, tu dois y passer de longs moments !


en tout cas, cela donne de très bells tranches de vie !



Christophe Pavillon 21/09/2010 11:22



Bonjour Charles,


 


J'espère que tu te portes bien. En effet, chaque film de dix minutes représente entre deux et trois mois de travail, même si je n'y planche que
les week-ends. Je suis en cours de finalisation des deux prochains... Mais comme mon épouse doit accoucher dans les jours qui viennent, je doute d'avoir l'opportunité d'y plancher à nouveau et
sereinement avant quelque temps !


 


Amicalement.


A bientôt.


 


Christophe.



Mathieu Gasnier 03/09/2010 21:42



Coucou Christophe,


C'est vraiment pas de chance, j'espère pour toi que cette fois c'est la bonne, personnellement je trouve même que les videos ont une qualité un peu meilleure.


Impatient de découvrir les nouveaus reportages, bonne continuation à toi


bisous


mat



Christophe Pavillon 04/09/2010 02:23



Bonjour Mathieu,


 


J'espère que tu te portes bien. Comme tu dis, en effet, c'est vraiment pas de chance. Et puis, avec tout ça, je ne peux plus regarder tes
publications sur Vimeo. Tout ce que j'espère, c'est que via ExposureRoom, le problème sera définitivemet réglé. J'ai remarqué en m'y promenant que quelques créatifs chinois y avaient
aussi posté des vidéos et des photos : je ne dois pas être le seul à avoir besoin d'un hébergeur en remplacement. Ce qui reste amusant, c'est que cette censure est un peu vaine : la toile est si
vaste qu'elle reste difficilement contrôlable. Et avec un peu de patience et de travail, on peut finalement trouver des solutions pour contourner les interdictions.


 


N'ayant plus accès à Vimeo depuis la Chine, je ne peux pas comparer la qualité et te confirmer que le résultat sur ExposureRoom est de meilleure
qualité. Mais sachant que j'ai du passer un peu de temps pour reposter tout cela, je suis bien content d'apprendre qu'a priori, le résultat est au moins aussi bien, sinon mieux.


 


Je te remercie de ton impatience, très motivante pour avancer. Ton attente sera rapidement récompensée : je vais passer l'essentiel de
ce week-end à finaliser le son sur les deux épisodes en cours. J'espère avoir terminé dimanche soir, sans pouvoir le promettre... Car je suis très lent en la matière, et m'arrache rapidement
les cheveux ! Je me suis rendu compte, au fil de ces montages, à quel point le métier d'ingénieur du son mérite vraiment le titre d'ingénieur. Car quoi qu'on en pense, le cinéma, ou à mon échelle
plus humble, la vidéo (même amateur), nécessite un savoir avant tout technique, bien plus qu'artistique : la maitrise de l'outil est nécessaire pour aboutir l'idée créative. Et autant, eu égard à
l'amateurisme du matériel familial que j'utilise, le spectateur peut excuser une qualité d'image passable, autant une mauvaise qualité de son rend rapidement la projection migraineuse, quelle que
soit l'intérêt du sujet proposé. Bref, c'est une étape incontournable et essentielle du montage.


 


J'arrête-là mes élucubrations matinales, et attaque de ce pas.


A très bientôt. Bien amicalement.


 


Christophe.