Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si vous venez pour la première fois sur le blog, je vous invite tout d'abord à faire connaissance ci-dessous...
J'ai eu le coup de foudre pour la Chine comme on a le coup de foudre pour une fille.

C’était en 1998, à la descente de l’avion, à l’occasion d’un premier voyage. A la seconde où mes pieds ont touché le tarmac, toutes mes interrogations liées au bonheur ont trouvé une réponse spontanée : le bonheur, c’est d‘être ici. A cet instant précis, j’ai su qu’un jour, je viendrais y vivre.

En 2003, après une période de maturation nécessaire, le rêve de l’expatriation est devenu une réalité. Vous raconter qui j’étais avant, et ce que je faisais en France, en dehors de l’attente du départ pendant toutes ces années, est sans intérêt. Mon quotidien en Chine, je le rêvais, tout le temps.

Ce qu’il faut que vous sachiez sur moi, c’est que j’étais venu pour ça : je suis venu pour cette atmosphère dans les rues. Je suis venu pour ces couleurs. Je suis venu pour le sourire des humbles. Je suis venu pour les lumières de la nuit. Je suis venu pour l’assourdissant trafic constant. Je suis venu pour cette population de fourmilière, partout, tout le temps. Je suis venu pour ce pays débordant de vie. Je suis venu pour ce pays qui ne s’arrête jamais.

Et après quelques années passées en Chine, comme dans n’importe quelle histoire d’amour, la passion a fait place à l’habitude.
Je suis parti à la recherche de la différence, et je suis resté pour aboutir la compréhension de moi-même, pointé du doigt que je suis par les locaux, avec ma couleur de peau différente ; la couleur de mes yeux, différente ; ma texture de cheveux, différente ; l’expression de mon visage, différente. Je suis resté pour cette culture plurimillénaire, qui perdure. Je suis resté pour cette indigence, tellement présente qu’elle en devient transparente. Je suis resté pour cette richesse due à une explosion économique exponentielle. Je suis resté pour cette cohabitation constante entre une pauvreté quart-mondiste et une modernité high-tech. Je suis resté pour cette ambiance, où la frénésie à faire des gains financiers pharaoniques côtoie des outils ancestraux.

Je vis à Suzhou, dans la province du Jiangsu, à 90 kilomètres de Shanghai, et à 1500 bornes de Pékin. Mon nom chinois, c'est Ke Lin. Depuis l'été 2005, je vis avec Cai Li, que j’ai épousé en septembre 2009. Depuis le printemps 2005, j'ai monté ma société de représentation, Onesource Agency.

- Exotisme au quotidien : relate toutes les anecdotes surprenantes et amusantes liées à la différence culturelle. Rien dans les guides touristiques ne prépare à ces situations quotidiennes étonnantes, à des encablures de ce que l'on peut vivre en Occident.

- Société contemporaine :
 la Chine est en pleine mutation, s'ouvrant sur le monde, jouissant d'une explosion économique unique. Cette rubrique est le témoin de cette évolution vers la modernité, sur un mode explicatif, analytique, mais aussi sympathique... Et souvent exotique.

- Traditions millénaires :
 comment les traditions ont-elles perdurées ? De quelle façon évoluent-elles dans un contexte de modernisation ? Accessible depuis peu, la Chine reste très mystérieuse, et cette rubrique propose d'en explorer les coutumes, recensant par ailleurs quelques carnets de voyages.

- Vidéo :
passionné de cinéma depuis l'enfance, je vous propose quelques courts-métrages, montés en vidéo numérique, dont notamment la série de reportages « en Chine avec l’expat ».

17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 05:11

Je vous propose ci-dessous « le double bonheur », quatrième épisode de « en Chine avec l’expat », et qui a pour thème le mariage en Chine. On se retrouve juste après le film.

 

 

Et oui, qui dit double bonheur dit double épisode ! Rassurez-vous, la deuxième partie, qui est aussi la fin du reportage, est terminée, et sera disponible sur le blog dans une semaine. Ce n’est pas que j’aime travailler mes effets de manche. Mais Vimeo, le site qui héberge dorénavant la série, ne permet dans sa version gratuite que de poster cinq cent mégas par semaine, ce qui me limite à un épisode. J’espère que le suspens ne sera pas trop insoutenable.

 

Comme vous l’aurez compris à travers l’introduction du métrage, après quatre ans de vie commune, Caili et moi-même nous sommes mariés en septembre dernier. Je n’ai pas fais d’annonce officielle sur le blog, préférant privilégier un reportage général sur le mariage en Chine, en prenant entre autres le nôtre comme prétexte.

 

Et puis, au su des commentaires et des messages privés qui me sont parvenus à travers le blog depuis sa création, le sujet semble susciter de nombreuses interrogations. Sans prétendre à aucune vérité, ce quatrième épisode –ainsi que le cinquième, donc- tente de témoigner de l’application des traditions dans le cadre d’un mariage contemporain en Chine, à travers notre expérience et ma compréhension du pays. Cette première partie évoque tout ce qui se déroule a priori de la célébration, et la seconde rentrera au cœur de la noce, en détaillant les différentes étapes.

 

La séquence pré-générique relate brièvement les circonstances familiales et conjugales dans laquelle Caili et moi-même évoluons depuis que nous nous sommes rencontrés. Si j’ai fais état de ces éléments personnels, c’est afin d’humaniser mon rapport avec vous, fidèles lecteurs, et permettre à ceux qui découvrent le blog d’en savoir un peu plus, de manière moins fastidieuse qu’à travers la lecture d’une présentation formelle. Nous connaître facilitera aussi l’appropriation de la série, une fois que celle-ci sera entièrement terminée –pour peu qu’un jour, j’en arrive à bout-.

 

Pour autant, je ne souhaitais bien évidemment pas en faire un film de famille. C’est pour cela que, même si c’est notre mariage qui introduit le métrage, d’autres y sont présentés. L’atout était d’avoir participé tant à des mariages citadins qu’à des mariages ruraux, ces derniers collants bien plus aux traditions locales. Ce sont ces deux aspects, cumulés à un rappel bref de coutumes plus anciennes, que j’ai tenté de relater au travers de ces deux épisodes.

 

L’objectif reste humble : en vingt minutes, il est impossible de rentrer dans les détails, le concept même de la série « en Chine avec l’expat » restant de présenter brièvement un aspect spécifique de la Chine. Et il y aurait bien plus à dire sur le sujet ! Tout ce que j’espère, c’est que les idées générales seront perceptibles, et que, peut-être, ceux qui s’interrogent y trouveront des embryons de réponses. Que ceux-ci ne prennent pas non plus le contenu du film comme argent comptant : il est le reflet d’une expérience propre, et pas d’une vérité globale. Ce n’est pas ainsi que se déroulent tous les mariages en Chine, mais seulement ceux que j’ai pu observer. A cet effet, les commentaires et compléments des lecteurs sont les bienvenus.

 

Initialement, l’idée était, systématiquement, et quel que soit le sujet, de limiter chaque reportage à dix minutes. Mais très rapidement, en avançant sur le montage du « double bonheur », j’ai réalisé que la durée impartie ne me permettrait pas de ne serait-ce que survoler le sujet. Aussi ai-je fais une première incartade au règlement que je m’étais fixé, présentant le reportage en deux épisodes plutôt qu’un. Il faut dire que l’orientation du film est différente de celle des trois précédents : il ne s’agit pas d’une visite touristique qui se limite à présenter les aspects majeurs d’un site. Il s’agit là de traditions, et sans avoir l’outrecuidance de m’estimer exhaustif, il faut néanmoins, pour que le témoignage ait un semblant de valeur, que je puisse y dévoiler les aspects incontournables. Et vingt minutes n’ont pas été de trop ! A priori, il devrait en être ainsi pour tous les prochains reportages de la série qui présenteront une tradition chinoise dans son contexte : ils seront scindés en deux épisodes.

 

De manière générale, la série va, au cours des prochains épisodes, prendre une nouvelle orientation : même si j’y ai fais mes premières armes en présentant des sujets touristiques, il est beaucoup plus stimulant de développer des traditions chinoises, ce que, d’après ce que j’ai pu voir, est le cas de trop peu de reportages. Et puis, traiter de traditions plutôt que de visites me semble a priori plus intéressant pour les spectateurs, les immergeant plus véritablement dans un quotidien chinois.

 

Vimeo permet de publier en HD, avec une qualité proche de l’original. Pour cela, il faut regarder le film sur www.vimeo.com plutôt qu’en direct sur le blog. N’hésitez pas à le faire : ce qui m’importe, c’est que le résultat soit en adéquation avec une qualité « présentable ».

 

Je vous laisse pour aujourd’hui, et vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour le cinquième épisode.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe Pavillon - dans Vidéo.
commenter cet article

commentaires

Mari 09/11/2010 03:59



Bonjour,


J'ai découvert votre blog il y a quelques mois et je vous suis assidument. Je tiens à vous adresser tous mes voeux de félicité pour votre petit ange.


Je vous écrit aujourd'hui pour vous faire également savoir que j'ai partagé vos 2 vidéos sur le Double-Bonheur sur mon propre blog.


Merci ( a posteriori )



Christophe Pavillon 10/11/2010 00:16



Bonjour Maricorolle,


 


J'espère que tu te portes bien et te remercie de tes félicitations (on va passer une étape en se tutoyant). J'ai découvert ton blog entre deux
changements de couche, et le fait que nous sommes voisins ! Bienvenue à Suzhou, en espérant ton expérience en Chine la plus enrichissante possible. Aucun problème pour les vidéos, bien évidemment
: l'objectif en les postant sur le web reste de tenter de témoigner le plus largement possible sur des traditions ou spécificités locales.


 


A ceux qui passent, j'invite à visiter le blog de Maricorolle à http://hebuboke.over-blog.com/. Il y a depuis quelques mois une toute nouvelle génération de chinabloggers tous plus intéressants les uns que les autres, dont le blog de Maricorolle fait partie : à lire sans
modération ! Le lien est aussi dans la colonne de gauche.


 


Mari, je vais passer un peu de temps sur ton blog pour le découvrir plus en avant, et ne manquerais pas de t'y laisser quelques commentaires.
Amicalement. A bientôt.


 


Christophe.



schaller 28/07/2010 12:35



bonjour à vous toutefois tien à vous presenter mes meilleurs voeux de bonheur à vous .


je réside en france et monte actuellement le dossier d'un projet dont l'objectif final serait l'ouverture d'un magasin de gros ,spécialisé en extension capillaire .


je suis donc à la recherche des fournisseurs en chine,je vous serais reconnaisant de bien vouloir me communique des info merci.


A bientôt.


pepine schaller



Christophe Pavillon 29/07/2010 08:41



Bonjour Pepine,


 


J'espère que vous vous portez bien et vous remercie de vos félicitations.


 


Je vous réponds dans les 24 heures par e-mail, car votre demande correspondant exactement au type de prestation qu'offre Onesource Agency, ma
société.


 


Amicalement.


 


Christophe.



Dany 28/06/2010 09:29



une réponse rapide avant de sortir. nous nous sommes mariés a canton en mai 2008.Nos photos a Canton,ce sont déroulées a l'intérieur d'une maison a 3 étage, avec pleins de chambres aménagées pour
les photos,différents styles. il y a aussi des photos a l'extérieur, (par minibus) dans les très beaux et nombreux parcs de la ville, mais nous il pleuvait!! et oui c'est rare dans le sud. nous
avons payé 500RMB, y comprit les deux costumes prétés pour les photos, nous avions choisis une série en blanc et une en rouge. A la fin nous avons eu un cd avec 11 photos en blanc et 11photos en
rouge, une grande photo , env 80*60cm dans un gros cadre (sans verre) et une petite dans un cadre en résine, 21 * 29cm. et un album avec la plupart des photos, le maquillage était comprit, pas
trop pour moi, envrion 2mn, un petit coup de brosse, un coup de peigne et hop circulé, pour limei, faux cils, épilation des sourcilspour affiner le dessin des sourcils maquillage et perruque
fixée sur les cheveux, le tout ça a prit env 30a 35mn,nous en sommes assez satisfait, la qualité des photos très correctes. Pour le repas nous n'avons rien fait ,sauf petit repas avec la famille
proche, le 'vrai' repas se faisant en france après la mairie et la chapelle le 14 mai 2010.


encore meilleurs voeux a vous deux, je reviendrais regarder tous les articles, et oui peu de temps, nous faisons batir ici et nous déménageons vers la mi juillet


bon lundi


 



Christophe Pavillon 28/06/2010 10:15



Bonjour Dany,


 


Merci de tes précisions. Comme quoi, chaque expérience est unique !


Bon courage pour la construction de votre maison, et surtout bon déménagement.


A bientôt. Amicalement.


 


Christophe.



Dany 26/06/2010 09:03



avant d'aller lire les articles je tenais a te présenter mes meilleurs voeux de bonheur a vous deux. Moi je me suis marié a guangzhou (canton) dans le sud de la chine, où j'y ai passé deux
années. nous sommes revenus en france où nous nous sommes remariés et avons fait le repas de noce,
voici le lien sur mon 1er blog sur la chine ,concernant nos photos de mariage en chine:
http://dany.enchine.over-blog.com/article-30961783.html

et celui en France en mai dernier:


http://dany85.over-blog.fr/article-notre_mariage-50662766.html


bonne continuation a vous deux, je te souhaite un bon samedi.



Christophe Pavillon 28/06/2010 09:17



Bonjour Dany,


 


J'espère que tu te portes bien et te remercie de tes bons voeux. A mon tour... Avec retard. J'ai passé un bien agréable moment ce week-end sur
tes blogs, que je recommande aux lecteurs.


 


Du fait de ton expérience à Canton, et sachant que tu t'y es marié, as-tu vu des différences par rapport à ce que je présente dans le reportage ?
Tous les mariages aux quels j'ai assisté en Chine étaient fêtés soit dans le Jiangsu, soit à Shanghai... Et je serais curieux de connaître les différences probables avec le reste de la
Chine...


 


J'ai vu à travers tes photos de mariage que toutes les prises de vue s'étaient déroulées en studios. Je sais que cela se pratique aussi à Suzhou,
mais cela parait nettement moins couru que de passer une journée à l'extérieur dans certains sites spécifiques (il faut dire que Suzhou regorge d'endroits touristiques et traditionnels). Le tarif
n'a pas vraiment joué : nous avons certes choisi l'un des moins cher, non pas pour cela, mais parce que quand il nous a présenté ses travaux, la qualité nous paraissait être au
rendez-vous, pour un tarif attractif. De mémoire, nous en avions eu pour RMB 2500. Les tous premiers prix devaient être, de mémoire toujours, entre 1500 et 2000... Et les plus chers l'étaient dix
fois plus.


 


Nous avons, pour l'occasion, nous aussi eu droit à la séance de maquillage. Je ne l'ai pas précisé dans le reportage (trop court : je ne peux pas
tout raconter hélas !), mais j'avais du mettre le hola, car l'eyeliner et le mascara passaient encore... Mais j'avais refusé le rouge à lêvres !


 


Te remerciant d'avance.


Bien amicalement. A bientôt.


 


Christophe.



philippe 22/06/2010 07:25



Faut dire que c'est excellent votre film, bien tourne, bien narre et bien chinois. Je sens bien votre bonheur en Chine et votre humour a la facon francaise. Je
reviendrai certainement sur votre blog de temps en temps. -- Un jeune chinois a Tianjin



Christophe Pavillon 22/06/2010 07:37



Bonjour Philippe,


 


Merci de votre message. Ce que j'espère, c'est pouvoir, au solde de chaque reportage, donner une vue d'ensemble sur un aspect de la Chine, vue
depuis l'intérieur, tout en expliquant au lectorat français le référentiel à prendre pour tenter de comprendre le pays. Heureux que cela vous séduise. Revenez quand bon vous semble : dès la fin
de la semaine, la seconde et dernière partie du présent reportage sera publiée. Bonne continuation à Tianjin. A très bientôt. Amicalement.


 


Christophe.